Vidéo Libre 2021 / 2022

couv_fly copie.jpg

VIDÉO LIBRE présente
L’ÉTHIOPIE - Les Hautes Terres d'Abyssinie
Vendredi 22 avril 2022 à 18H30

Un film d'Edmond Goursat

En présence du réalisateur

Un voyage en Éthiopie, c’est avant tout, un voyage dans le temps, à la découverte d’une impressionnante diversité :

  • Humaine d’abord, avec plus de 80 groupes ethniques parlant plus de 70 langues et 290 dialectes,

  • Culturelle et architecturale ensuite, léguée par une histoire millénaire, riche et mouvementée, imprégnée de mythes et légendes,

  • Géographique enfin, avec ses paysages de hauts plateaux, parsemés de lacs et entaillés de vallées, alternant flore luxuriante et savane aride.

Après Harar, enclave musulmane dans l’Éthiopie Chrétienne, avec ses 99 mosquées et son culte des hyènes, nous découvrirons Addis Abbeba où nous ne manquerons pas de saluer notre cousine Lucy.

Puis, nous partirons dans la région des Hautes Terres d’Abyssinie qui dévoile l’âme de  l’Éthiopie chrétienne orthodoxe au travers de ses villes chargée de légendes : Bahar Dar au bord du Lac Tana, le plus grand lac du pays, avec ses dizaines d’îles monastères ; Gondar, ancienne capitale impériale de l’État Abyssin au XVIIème siècle ; Lalibella, la légendaire Jérusalem noire et ses extraordinaires églises excavées, et enfin Axoum, sur le plateau du Tigré, scrupuleuse gardienne des mythes et légendes fondateurs de l’Éthiopie, comme l’histoire de la Reine de Saba, à l’origine de la dynastie Salomonide du dernier empereur Haïlé Sélassié.

      

C’est à la découverte de cette passionnante terre-musée que vous convie le film d’Edmond Goursat.

vidéo libre janvier.jpg

BEGZOR, BEGZAR
Vendredi 28 janvier à 18h30
Un film de Bijan Anquetil

En présence du réalisateur

 

Après un premier film, Bijan Anquetil retrouve Hamid et Sobhan, amis arrivés
clandestinement d’Afghanistan, que la vie en Europe a séparés. Le premier a obtenu
un titre de séjour. Le second, de tentatives en déportations, continue de chercher sa
place. Begzor Begzar est la chronique mélancolique de deux destinées arbitraires.

ANNULÉ

blocus.jpg

BLOCUS
Mercredi 24 novembre à 18h30
Un film de Hakob Melkonyan

BLOCUS
Dans le cadre du mois du film documentaire

Réalisé par Hakob Melkonyan
France, Arménie / 2020 / 85 minutes


Chinari, un village arménien. Depuis trente ans, ses habitants tentent de survivre à la guerre à la frontière entre les Azéris et les Arméniens et aux conditions difficiles imposées par une situation de blocus. À travers le quotidien d’une famille arménienne, le film nous plonge au coeur de ce conflit oublié.


Pour décrire le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, le réalisateur filme le village de Chinari, à côté de la frontière, dans une zone rurale, où d’un côté les soldats ouvrent le feu et de l’autre les habitants vivent en tension constante.

flyerA5-1.jpg

LA CHINE
"IMMERSION CHEZ LES MINORITÉS DU GUIZHOU"

Vendredi 19 novembre à 18h30
Un film de Nelly Charpentier

Le Guizhou, isolé des autres provinces par ses reliefs accidentés, offre un spectacle naturel impressionnant entre montagnes et rizières.
Majoritairement habité par des paysans, il compte 17 communautés différentes. Durant des siècles, cette province fut l’une des plus pauvres de Chine.
Une contrée «où il n’y a pas 3 arpents de terre plate, 3 jours sans pluie, ni 3 sous dans la poche de ses habitants», comme le dit justement le proverbe chinois.

 

Parcourir une myriade d’étonnants petits villages à l’architecture traditionnelle, comme ceux de Matang, Shiqiao, Zhaoxing... Voir des gens de différentes ethnies : Miao, Zhuang, Dong, Yao ou Han, est une étonnante promesse de rencontres, de découvertes de leur mode vie aux traditions ancestrales encore préservées, de leur artisanat local et des petits marchés, où diverses minorités viennent vendre leurs produits. Participer à des fêtes traditionnelles comme celle de Siyueba, organisée le 8ème jour du 4ème mois lunaire, constitue un dépaysement total. Traverser des paysages grandioses, montagnes sculptées en rizières, sourires et chants échangés, laissent des souvenirs inoubliables.
 

«C’est maintenant qu’il faut venir», insiste Hua Hé, une jeune citadine venue ouvrir un café zen dans la petite ville de Zhaoxing, car la civilisation poursuit sa longue marche.